Société civile : L'initiative égyptienne 50 d'ici 2050 souligne le besoin urgent de traiter les déchets dans les plans climatiques

Les déchets sont la troisième plus grande source d'émissions anthropiques de méthane dans le monde

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE: 11 novembre 2022, 12 h EET

Charm el-Cheikh, Égypte –L'Alliance mondiale pour les alternatives aux incinérateurs (GAIA) a tenu une conférence de presse avec les Amis de la Terre Nigeria à la COP27 pour donner le point de vue de la société civile sur l'annonce imminente par l'Égypte de son Initiative mondiale sur les déchets 50 d'ici 2050. L'initiative fixe l'ambition de recycler et de traiter au moins 50% des déchets produits en Afrique d'ici 2050. 

Lors de cette conférence de presse, la société civile et divers experts, notamment des groupes de justice climatique, des organisateurs de récupérateurs de déchets et des chefs de gouvernement de tout le continent africain, ont souligné le potentiel de réduction et de gestion des déchets pour l'adaptation et l'atténuation du changement climatique.

« L'initiative 50 d'ici 2050 nous offre l'opportunité de mettre à l'échelle des systèmes zéro déchet pour l'action climatique en Afrique et dans le monde. Cependant, cette initiative ne peut être efficace que si elle inclut la gestion des déchets organiques, l'inclusion et la reconnaissance des récupérateurs de déchets, l'élimination progressive des déchets résiduels et l'abandon fondamental de l'incinération et d'autres pratiques de gestion des déchets polluantes pour le climat qui ne sont pas destinées à l'Afrique », a déclaré Niven Reddy, coordinateur régional pour GAIA Afrique.

Les déchets seront au cœur de l'agenda de la COP27 alors que les pays discutent des moyens d'atteindre le Engagement mondial sur le méthane, qui reconnaît que la réduction du méthane, un gaz à effet de serre à courte durée de vie plus de 80 fois plus puissant que le CO2, est essentielle pour atteindre l'objectif de l'Accord de Paris sur le climat de limiter le réchauffement climatique à 1.5 ˚C. Les déchets sont la troisième plus importante source anthropique de méthane, provenant principalement de l'enfouissement des déchets organiques. 122 pays se sont engagés à lutter contre ce gaz à effet de serre dans le monde.

L'Engagement mondial sur le méthane et l'Initiative mondiale sur les déchets 50 d'ici 2050 indiquent tous deux comment les pays reconnaissent le potentiel du « zéro déchet » pour aider à atteindre les objectifs climatiques de manière abordable et efficace. L'introduction de meilleures politiques de gestion des déchets telles que la séparation des déchets, le recyclage et le compostage pourrait réduire les émissions totales du secteur des déchets de plus de 1.4 milliard de tonnes, soit l'équivalent des émissions annuelles de 300 millions de voitures - ou en prenant tous véhicules à moteur aux États-Unis hors de la route pendant un an.   

La crise climatique a exacerbé les impacts en Afrique, rendant plus aigu le besoin de mesures d'adaptation. Le financement des pertes et dommages et les investissements climatiques pour les systèmes zéro déchet en Afrique peuvent à la fois renforcer la résilience climatique, corriger les inégalités historiques et soutenir les économies locales.

Les communautés africaines sont à la tête de projets d'adaptation zéro déchet, reconnaissant les réalités actuelles auxquelles elles sont confrontées. L'une de ces stratégies, le compostage, réduit la pollution, prévient les vecteurs de maladies comme les moustiques et la vermine, et renforce la résilience des sols, ce qui aide à lutter contre les inondations et les sécheresses qui menacent la sécurité alimentaire. 

Bubacar Jallow, secrétaire permanent, ministère de l'Environnement, du Changement climatique et des Ressources naturelles en Gambie, a expliqué : « Ce que certains appellent des déchets est en réalité une ressource incroyable pour le climat et la santé publique. Le compostage des déchets alimentaires crée un engrais efficace qui peut soutenir une plus grande sécurité alimentaire en Gambie face au changement climatique.

Si cette initiative donne la priorité aux droits des récupérateurs, elle pourrait également avoir un impact considérable sur les milliers de personnes travaillant dans le secteur informel de la région. Les récupérateurs de déchets en Afrique jouent un rôle clé dans l'atténuation du changement climatique en collectant et en vendant les déchets comme stratégie de subsistance, ce qui augmente le recyclage et réduit l'extraction de matières premières. 

Le récupérateur de déchets Rizk Yosif Hanna a déclaré : « En Égypte, la communauté Zabaleen recycle plus de 50 % des déchets qu'elle collecte, et doit donc être prise en considération. Toute étape en Égypte et en Afrique dans son ensemble devrait être fondée sur les connaissances accumulées qui existent dans le secteur informel et intégrer les récupérateurs de déchets dans la prise de décision et la mise en œuvre.

Cependant, tous les efforts de gestion des déchets seront vains si l'accent n'est pas mis sur la réduction à la source, en particulier pour le plastique, qui est fabriqué à partir de combustibles fossiles. Si le cycle de vie du plastique était un pays, ce serait le cinquième émetteur de gaz à effet de serre dans le monde. 

Ubrei-Joe Ubrei-Joe Maimoni Mariere, coordinatrice régionale des Amis de la Terre Afrique a déclaré : « Le recyclage seul ne suffit pas pour faire face à la crise mondiale des déchets. Pour que le recyclage soit efficace, les pays africains doivent commencer à s'attaquer aux sources d'extraction des matières premières, arrêter le plastique à usage unique et réduire les déchets à la source.

Notes: 

Pour une liste complète des événements et des porte-parole disponibles pour une entrevue, veuillez consulter notre dossier de presse : https://tinyurl.com/GAIACOP27presskit

Nous avons récemment lancé un nouveau rapport intitulé « Zéro déchet à zéro émission ». Le rapport fournit les preuves les plus claires et les plus complètes à ce jour de l'importance du zéro déchet dans la lutte contre le changement climatique, tout en renforçant la résilience, en créant des emplois et en promouvant des économies locales florissantes. Vous pouvez en savoir plus ici : https://www.no-burn.org/zerowaste-zero-emissions/ 

-

Contacts presse:

Claire Arkin, responsable de la communication mondiale 

claire@no-burn.org | + 1 973 444 4869

Afrique: 

Carissa Marnce, Coordonnatrice des communications pour l'Afrique

carissa@no-burn.org | + 27 76 934 6156

###

###

GAIA est une alliance mondiale de plus de 800 groupes de base, organisations non gouvernementales et individus dans plus de 90 pays. Avec notre travail, nous visons à catalyser un changement mondial vers la justice environnementale en renforçant les mouvements sociaux de base qui proposent des solutions aux déchets et à la pollution. Nous envisageons un monde juste, zéro déchet, fondé sur le respect des limites écologiques et des droits communautaires, où les gens sont libérés du fardeau de la pollution toxique et où les ressources sont durablement conservées, non brûlées ou jetées.