Notre bilan d'année !

Nos membres ont été confrontés à de multiples menaces pour leurs communautés et leurs efforts d'organisation au cours de la dernière année, notamment COVID-19, les urgences climatiques locales, les ralentissements économiques et de nombreux autres problèmes environnementaux et judiciaires importants de notre époque. Malgré ces probabilités importantes, les membres ont pris des mesures collectives pour mettre les solutions alimentées par les personnes au premier plan, démontrant ainsi le pouvoir de la solidarité dans la pratique ! Nous célébrons la force du mouvement et tout ce que nous avons accompli ensemble au cours de cette année difficile. 

Afrique

L'augmentation de la pollution par les déchets plastiques, la menace du colonialisme des déchets et les fausses solutions à la crise environnementale sont quelques-uns des défis auxquels l'Afrique est confrontée. Pour résoudre ce problème, GAIA Africa a fait prendre conscience de ces problèmes en travaillant avec des membres défendant le travail zéro déchet pour développer des publications et des vidéos éducatives afin de mobiliser et d'avoir un impact sur le travail des mouvements alliés et populaires. 

Le 22 avril, une étude de cas sur les interdictions du plastique au Rwanda a été lancée. Le Rwanda a démontré que la réduction de la pollution plastique est possible grâce à des interdictions strictes du plastique à usage unique. Pour commémorer la Journée de l'Afrique le 25 mai, GAIA, avec 15 membres 

Photo de Focalize Média

et alliées d'Afrique, ont participé à une vidéo de mobilisation d'appeler tous les pays à assumer la responsabilité de la manière dont ils produisent et gèrent leurs déchets. A la lumière de la Journée mondiale des villes, le 31 octobre, GAIA a développé un série vidéo sur l'intérêt des récupérateurs de s'organiser en associations coopératives et démocratiques. Le 3 décembre, GAIA a lancé la publication 'Renforcer l'organisation des récupérateurs en Afrique.' La publication reflète les expériences des récupérateurs en Afrique du Sud, au Ghana, au Kenya, en Tanzanie, au Maroc et en Zambie, et met en évidence la nécessité de créer des organisations représentatives de récupérateurs.

  • Une vidéo de mobilisation d'appeler tous les pays à assumer la responsabilité de produire et de gérer leurs déchets, avec 15 organisations membres et alliées d'Afrique.
  • Vingt-six groupes membres de 14 pays ont reçu des subventions de petite à moyenne taille pour différentes activités, y compris des fonds de bien-être, des subventions technologiques, des subventions de secours et de plaidoyer et des fonds pour lancer des projets qui font progresser le zéro déchet, la réduction du plastique et la construction de mouvements.

 

Asie-Pacifique

Malgré la pandémie et la transition vers des activités en ligne, GAIA Asia Pacific (AP) a continué à travailler sur la réduction des déchets plastiques et à mettre en place des modèles Zéro Déchet dans 20 villes. Ceci a été réalisé grâce à la Conférence internationale des villes zéro déchet, un espace de partage des connaissances et de collaboration entre les parties prenantes et les Académie Zéro Déchet, un cours en ligne, co-implémenté par GAIA AP et Mother Earth Foundation, qui a en outre produit 36 ​​personnes défendant le zéro déchet.

En juin et octobre, grâce à notre partenariat avec le Forum des organisations non gouvernementales (ONG) sur la Banque asiatique de développement (BAD), GAIA a continué à faire pression pour le désinvestissement de 

Photo de Rommel Cabrera

l'incinération des déchets en énergie grâce à un dialogue direct avec les responsables de la banque, des points de presse et une campagne sur les réseaux sociaux. Nous avons proposé un nouveau langage à inclure dans la nouvelle politique énergétique et de sauvegarde de la BAD. GAIA AP a présenté les succès de nos membres dans la mise en œuvre des interdictions du plastique à usage unique dans leurs communautés tout en soulignant les dangers de la toxicité du plastique.

  • 22 nouveaux membres accueillis
  • 6 nouvelles publications ont été produites

 

Europe

Tout au long de 2021 et des hauts et des bas de la pandémie à laquelle nous sommes tous encore confrontés, Zero Waste Europe a réussi à développer son réseau et à accroître son impact dans la poursuite d'un monde sans déchets.

Nous avons réussi à améliorer la législation européenne sur les déchets, de la conception des produits à l'élimination des déchets, en limitant les exportations de déchets de l'UE vers le reste du monde. Nous avons créé le Académie Mission Zéro et a commencé à exploiter le Certification Ville Zéro Déchet avec beaucoup de succès et nous avons aujourd'hui des groupes dans 13 pays européens qui travaillent avec des centaines de municipalités. Vous pouvez découvrir tous ces progrès dans notre nouveau Rapport sur l'état des municipalités de ZW.

Nous faisons également de grands progrès dans le domaine de la prévention et de la réutilisation des emballages ainsi que des articles d'hygiène et avec nos membres, nous défendons les solutions qui fonctionnent sur le continent.

En raison de la pandémie, nous avons dû célébrer nos 2 réunions annuelles en ligne et à travers elles et les nombreux webinaires et partages de compétences, nous avons réussi à maintenir vivant le sentiment de soutien collectif et de solidarité dans le mouvement.

  • 455 villes du Réseau Villes Zéro Déchet
  • 33 nouvelles parutions sur le site Zero Waste Europe
  • 1,350 XNUMX mentions presse/médias
  • 1 État des communes zéro déchet Rapport 2021
  • D'innombrables campagnes détenues et conjointes sur la réutilisation, le commerce des déchets, les matériaux en contact avec les aliments, l'anti-incinération, les produits et couches menstruels circulaires et le recyclage chimique.

Amérique latine et Caraïbes

Cette année, nous avons continué à faire face à la pandémie dans notre région, mais aussi aux conflits habituels tels que les problèmes environnementaux et l'instabilité politique. Mais la résilience est l'une des caractéristiques les plus importantes de notre peuple et en particulier de nos membres, que nous avons pu aider grâce à des fonds d'urgence et de protection sociale. 

Grâce au travail inlassable de nos membres et de leurs alliances nationales, nous avons pu continuer à collaborer sur des publications, promouvoir 

le travail des récupérateurs, augmenter notre présence dans les médias, et quelque chose que nous faisons très bien en Amérique latine - parler sur nos causes et partager des réflexions sur la justice pour la nature et les communautés.

Nous avons uni nos forces pour faire face à de nouvelles menaces telles que le colonialisme des déchets par le commerce des déchets plastiques et nous avons renforcé notre engagement selon lequel l'incinération ne sera jamais une solution à la crise des déchets, et que des solutions telles que l'inclusion des récupérateurs de déchets sont réalisables et existent déjà dans notre région. .

    • Campagne de 3 semaines sur les réseaux sociaux pour donner une image complète de l'enjeu.
  • Fonds distribués à nos membres pour être utilisés dans le bien-être, la défense des droits et le rétablissement.
  • Nous avons tenu notre réunion régionale avec un grand nombre de participants. Nous avons partagé nos histoires en tant qu'activistes écologistes. Nous espérons nous revoir bientôt en personne !

États-Unis et Canada

Les États-Unis et le Canada étant les principaux responsables de la crise des déchets et des plastiques, notre région a poursuivi son travail en 2021 pour freiner la surproduction et arrêter la pollution par les déchets. Alors que nos membres continuent de s'organiser contre la combustion des déchets, ils conduisent également leurs communautés vers une transition juste vers le zéro déchet avec une gestion communautaire des matières organiques. Breathe Free Detroit, Minnesota Environmental Justice Table et South Baltimore Community Land Trust ont tous entrepris des programmes pilotes en 2021 pour développer leur écosystème de compostage local. 

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de East Yard Communities for Environmental Justice

Dans l'espace politique national fédéral, notre personnel et notre mouvement ont soumis des commentaires à l'Environmental Protection Agency, exhortant les régulateurs à classer la pyrolyse et la gazéification comme incinération. GAIA a également fourni des témoignages législatifs, des formations et des recherches sur l'incinération de plastique dans plusieurs États. Et à quelques semaines de la fin en 2021, nous avons publié un boîte à outils d'organisation anti-incinération soutenir les communautés dans leurs campagnes pour les années à venir. 

Un réseau mondial

Au début de l'année, alors que la pandémie faisait rage à travers le monde, il est devenu de plus en plus clair que nous ne pouvons pas revenir à la normale. Pour informer les villes et les municipalités du monde entier à la recherche de meilleurs moyens de reconstruire, GAIA a lancé une série de publications intitulée, Au-delà de la récupération, détaillant comment les systèmes zéro déchet peuvent aider les villes à être résilientes, à créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité et à favoriser un environnement sain pour les familles et les communautés. Nous avons également organisé une Journée mondiale d'action, au cours de laquelle les membres ont organisé des événements dans 18 pays appelant à une juste reprise du COVID-19 grâce au zéro déchet. 

 

Plus tard dans l'année, les membres de GAIA étaient en force à COP26 avec un message clair : pour résoudre la crise climatique, nous devons résoudre la crise des déchets. Nous avons partagé nos connaissances et nos perspectives lors de tables rondes à la fois au sein de la COP et lors du Sommet des peuples, et a organisé une action dénoncer l'hypocrisie du parrainage par Unilever de la COP. GAIA a également continué à exposer la vérité derrière le battage médiatique de l'industrie autour du « recyclage chimique », en publiant un vidéo avec la fondation Changing Markets. Enfin, nous avons été ravis de lancer un site web flambant neuf avec un design élégant et un accès plus facile à nos ressources.